VA 30 avril 2014

Article du Vers l’Avenir du 30 avril 2014

Dans le cadre de son dossier relatif aux élections de mai 2014, le journal Vers l’Avenir a interrogé les différents partis pour connaître leur programme sur la Petite enfance en Brabant wallon.

Mon hit-parade des idées des partis sur l’accueil de la Petite enfance

Si vous aviez encore une hésitation pour votre vote du 25 mai, si vous pensez que la manière de traiter les enfants est important dans une société, je vous invite à lire cet article : édifiant ! Cela vaut un votomaton de la RTBF…

Voici mon classement du pire au meilleur :

Article de Vers l'Avenir du 30/04/2014 La Petite enfance : le Brabant wallon pas épargné

Article de Vers l’Avenir du 30/04/2014 La Petite enfance : le Brabant wallon pas épargné

Parti Classement
PP 7
MR 6
CDH 5
FDF 4
ECOLO 3
PTB Go 2
PS 1

 

Commençons par le pire.

Le Parti Populaire met les chômeurs en formation accélérée puis leur confie des bébés de 0 à 3 ans : tout simplement affolant !
Le PP rejoint le MR quand ils défendent tous deux l’accueil privé en expliquant qu’il ne coûte rien aux pouvoirs publics. Ca, c’est vrai, c’est les parents qui paient ; enfin ceux qui savent se le payer ou qui y laissent une bonne partie de leur salaire (entre 500 et 700 euros/mois) !

A propos du MR, Mme Reuter pourrait-elle svp relire les textes et arrêter de prétendre que les règles sont plus strictes pour les structures privées que pour les milieux d’accueil publics ? Alors que c’est l’inverse, au niveau des diplômes exigés notamment… Ce n’est pourtant pas faute de le lui avoir déjà dit : la règlementation infrastructure est la même pour tous ; le nombre d’enfants accueillis – 4 – est identique pour une accueillante privée ou conventionnée (c-à-d subventionnée par l’ONE et adaptant ses barèmes aux revenus des parents) ; idem pour les maisons d’enfants privées ou les MCAE publiques : 5 enfants par puéricultrice. Il n’y a que les crèches qui travaillent avec 1 puéricultrice pour 7 enfants parce qu’elles doivent avoir, en plus du personnel d’accueil, une assistante sociale, une infirmière, une cuisinière, du personnel de nettoyage… Tout cela pour défendre à tout crin l’accueil privé, sans s’inquiéter de l’accessibilité pour les parents !

Le CDH défend les accueillantes d’enfants conventionnées en justifiant qu’elles coûtent moins cher ! Mme Van Pee veut un statut de travailleur salarié pour ces dames (moi aussi, j’y travaille concrètement en pilotant une Plate-forme qui réunit les acteurs patronaux, syndicaux et de terrain). Mais elle ne semble pas consciente que lorsque les accueillantes bénéficieront de ce juste statut de travailleur salarié et des droits sociaux qui en font partie, elles ne coûteront plus moins cher ! Elles resteront toutefois – je le pense – un mode d’accueil tout à fait intéressant pour les familles…

Le FDF s’en tient aux crèches d’entreprise, privées et publiques. Une bonne idée mais qui existe depuis de nombreuses années sans arriver à se concrétiser ; les entreprises restent frileuses, la sauce ne prend pas … Par ailleurs, même si les entreprises devenaient preneuses, ce mode d’accueil serait bien trop court pour couvrir les besoins dans notre province…

Le PTB Go! doit encore travailler le sujet ; il veut des places d’accueil accessibles mais il ne sait pas lesquelles ni où…

ECOLO prône les halte-accueil : fort bien mais c’est tout à fait insuffisant et inadéquat pour répondre aux besoins de l’ensemble des parents, et notamment les parents (ou mères/pères seuls avec enfants) qui travaillent. Ils se retranchent derrière le taux de couverture pour dire que la situation serait moins pire en Brabant wallon qu’ailleurs !
C’est faux, les demandes non-satisfaites sont particulièrement élevées dans notre province.

De plus, quand on regarde ce fameux taux de couverture (nombre de places par rapport au nombre d’enfants de moins de 3 ans) au niveau du Brabant wallon, on voit que les communes où il est le plus haut sont aussi celles où il y a le plus de demandes : Braine-l’Alleud, Ottignies, Nivelles, … Dans les 12 communes (semi-)rurales desservies par le service des accueillantes de l’ISBW, il y avait, au 31 décembre 2013, 320 demandes de parents en attente.

Face à ce constat, il faut une diversité de milieux d’accueil : oui à de l’accueil privé pour les parents qui peuvent le financer… mais il est INDISPENSABLE de créer des places d’accueil de qualité et accessibles à tous. Diversité c-à-d des crèches, des prégardiennats (enfants de + de 18 mois), des halte-accueil, des accueillantes à domicile. Ces milieux d’accueil doivent offrir à leur personnel des conditions de travail et un salaire corrects (c’est la moindre des choses, nous leur confions nos enfants et nous leur demandons sécurité, disponibilité, éducation,…). Un statut pour les accueillantes conventionnées est donc une des priorités. Sinon nous n’en recruterons plus et ce seront encore des places accessibles pour les parents en moins…

Une petite note d’attention aussi à l’accueil des enfants en situation de handicap dont les parents ont aussi besoin/le droit de travailler et qui demandent certainement un accueil de qualité par des professionnels formés.

Avec le PS, j’y travaille avec douceur et détermination, efficacité et conviction… :-)

Lisez aussi mon analyse de l’article de la DH du 13 mai 2014